Aurélie Petrel

Partant de recherches que je mène depuis la pensée de Peter Eisenman ouvrant sur le parallélisme entre cartographie et photographie, je propose d’envisager 5 jours de réflexions, de repérages, d’études, de marches et de prises de vue à partir d’un maillage d’espaces et/ou de territoires en 2 dimensions et 3 dimensions. Les étudiantes et les étudiants seront amenés à s’approprier cet outil afin d’envisager leurs pratiques à travers ce prisme. Pour ce faire, nous aurons besoin de cartes de la région, des plans d’évacuation de la Villa Arson, des plans zones extérieures et de deux bobines de 400 m de sandow noir. À l’aide des câbles élastiques, nous pourrons mener à bien cette semaine d’expérimentation en documentant au fur et à mesure les étapes et des réalisations en vue d’une restitution en fin
de semaine.
L’approche résolument conceptuelle de Peter Eisenman rend compte de la capacité de la géométrie à définir l’espace. Cette démarche fait écho à la réflexion que j’ai conduit depuis quinze ans de ma première pièce Hypercube (2001) à une autre pièce Table : Simulation #1 (2015). Ces deux installations sont à comprendre dans le rapport qu’elles entretiennent à l’espace, au temps et au corps. Leur structuration fait écho à la relation de l’image à la construction et par extension à l’architecture. Peter Eisenman a obtenu son doctorat en philosophie à Cambridge en 1963 avant de evenir architecte. Cette figure de proue, penseur et architecte, guidera notre démarche. Nous pourrons questionner les avant-gardes des années 60 à 80 en architecture notamment autour du mouvement de l’Institute for Architecture and UrbanStudies, 1967-1984.

Inscriptions auprès du secrétariat pédagogique et/ou de Laurent Septier.

Sur une invitation de Laurent Septier, professeur de Photographie à la Villa Arson.