Syntagme

L’enjeu du cours consistera à interroger et expérimenter la puissance de la métaphore, en-deçà et au-delà de la phrase comme de l’image. Des processus d’écriture venant de divers horizons de pratiques littéraires comme scientifiques (histoire, sociologie, anthropologie) seront corrélés à des œuvres et des démarches artistiques contemporaines mettant en cause care, dispositif, littéralité, pragmatisme.

L’objectif est de sensibiliser aux effets de fascination/persuasion comme de répulsion des images, à l’œuvre dans le langage quotidien comme dans les enjeux esthétiques.

Des thématiques ayant trait à des effets rhétoriques du discours seront présentés afin de tester des dynamiques soucieuses de rapprochements inattendus et fructueux. Dans un souci de contextualisation de la micro-histoire au structuralisme critique, il s’agira de maintenir et de penser ensemble optimisation de la langue et intérêt pour ses irrégularités et scories.

évaluation : Un travail principalement écrit sera demandé (mais intéressé par inclure des images comme des éléments prélevés) avec le souci d’en explorer son autonomie.

bibliographie indicative
Giorgio Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, traduction de Martin Rueff, Payot, 2007
Jack Goody, La Peur des représentations. L’ambivalence à l’égard des images, du théâtre, de la fiction, des reliques et de la sexualité, traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat, La Découverte, 2006
Boris Goys, En public. Poétique de l’autodesign, traduction de Jean-Luc Florin, Perspectives critiques, P.U.F., 2015
Daniel Heller-Roazen, Echolalies. Essai sur l’oubli des langues, traduction Justine Landau, Seuil, 2007
Emmanuel Hocquard, Ma haie, P.O.L, 2001
William M. Johnston, L’Esprit viennois : Une histoire intellectuelle et sociale, 1848-1938, traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat, Perspectives critiques, P.U.F., 1991